Journée d’étude : « La question des échelles en SHS à l’épreuve de l’interdisciplinarité »

12 juin 2015
Amphithéâtre Emile Durkheim – Sorbonne

(Galerie CL. Bernard, escalier I au 1er étage, 1 rue Victor Cousin Sorbonne Paris 5ème)

Journée d’étude de l’axe « Ressources, populations, inégalités » du CEPED
Organisateurs : Sébastien Boulay, Sylvie Fanchette et Laure Hadj
Partenaires : Université Paris Descartes, CEPED, Fédération « Sciences sociales au Sud »

Près de vingt ans après la publication de l’ouvrage collectif dirigé par Jacques Revel, Jeux d’échelles (1996), qui proposait une discussion entre historiens et anthropologues sur l’approche micro-analytique de l’histoire (Levi 1989), la question des échelles dans les sciences humaines et sociales se pose avec d’autant plus d’acuité que la globalisation semble avoir pris une visibilité inédite, au travers du développement fulgurant des NTIC notamment, renouvelant les questions d’articulation entre le niveau « micro » et le niveau « macro » (Paris 2013). Par ailleurs, le décloisonnement de nos disciplines scientifiques n’a cessé d’enrichir nos approches des réalités sociales.
Si certaines disciplines comme la géographie (Verdier 2006), la géopolitique (Lacoste 2012) les sciences politiques (Faure & Muller 2005) ou encore la démographie (Golaz 2011) semblent assez avancées dans la réflexion sur la manipulation des échelles d’analyse, en tant que modalité de rationalisation des réalités sociales et politiques, d’autres comme l’anthropologie ou la sociologie, mais aussi l’histoire sociale, continuent largement de ne concevoir la légitimité de leurs interventions qu’à une certaine échelle, en l’occurrence celle du groupe social voire celle de l’individu « pluriel » (Lahire 1998, 2004).
Tandis qu’aujourd’hui, les démographes parviennent à produire des modèles analytiques multiniveaux (Courgeau 2004), allant de la population à l’individu, que les géographes manient habilement l’analyse multi-scalaire pour étudier un même phénomène, et en saisir les diverses facettes, les anthropologues en revanche peinent souvent à sortir de leur « terrain », considéré comme le seul niveau pertinent de recueil et de production de données ethnographiques. Changer d’échelle d’analyse c’est à la fois adopter une autre optique sur un même objet, et donc se procurer des possibilités de produire d’autres versions d’une même réalité (Revel 1996), mais c’est aussi reconsidérer son approche méthodologique, avec le risque de perdre en fiabilité et en rigueur scientifique, et donc en légitimité.
L’interdisciplinarité a très vite été présentée comme une solution aux difficultés des chercheurs à s’extraire du niveau d’observation où ils se sentaient le plus efficaces et légitimes, les niveaux de lecture des uns étant naturellement présentés comme complémentaires des approches des autres. Mais aujourd’hui, est-il si évident de « travailler ensemble » (Chevandier 2014) en utilisant des données produites à différentes échelles (spatiales, sociales, temporelles), des corpus « quantitatifs » et « qualitatifs » très hétérogènes, des outils de représentation du monde de plus en plus performants et accessibles (imagerie satellitaire) ? Est-on d’accord sur les précautions à prendre pour passer d’une échelle à une autre (transcalarité et montée en généralité), quand par ailleurs la manipulation des échelles a toujours des ressorts et des implications politiques ? Comment comparer des données produites à différentes échelles, selon des techniques différentes ?
L’objectif de cette journée d’étude sera précisément de faire un bilan prospectif de ce dialogue interdisciplinaire sur la manipulation des échelles en SHS, question qui reste bien souvent reléguée à une dimension technique, alors qu’elle est sans doute l’une des plus fécondes pour sans cesse réinterroger collectivement les dynamiques des sociétés contemporaines. Les débats pourront, notamment mais pas exclusivement, s’articuler autour des axes de réflexion suivants :

1-Valeur des échelles en SHS et enjeux de l’interdisciplinarité
2-Politique des échelles et inégalités sociales
3-Echelles, réseaux, territoires

Contacts :
Sébastien Boulay : sebastien.boulay@parisdescartes.fr
Sylvie Fanchette : sylvie.fanchette@ird.fr
Laure Hadj : laure.hadj@ceped.org

Journée d’étude : « Les STS ont-elles un SUD ? »

« Les STS ont-elles un SUD ? ». Les apports des approches postcoloniales aux études sur la science.

7 avril 2015
Université Descartes Paris V, salle R 229, 45 rue des Saints-Pères, 75006 Paris

Cette journée est un point de rencontre pour tous les chercheurs travaillant dans le courant des “études sociales sur les sciences” tout en étant désireux de décentrer géographiquement des objets d’étude traditionnellement ancrés dans les pays les plus industrialisés. La proposition de travail collectif est de clarifier dans quelle mesure les critiques culturelles les plus frontales des grands récits de la globalisation ou de la modernité, rassemblées ici sous le label “approches postcoloniales”, pourraient enrichir les recherches menées sur les sciences et les technologies dans des aires géographiques multiples et en particulier dans les pays du Sud.
Les objectifs de cette journée sont donc 1) de faire un état des lieux des études sociales sur les sciences déployant des terrains de recherche au Sud 2) de constituer un réseau des chercheurs qui en sont porteurs 3) de mettre en relation deux domaines encore rarement confrontés (les études sociales
sur les sciences et les études postcoloniales), 4) dans la perspective délibérément théorique du colloque sur le thème « sciences et situation postcoloniale ».

Conception & coordination : David Dumoulin Kervran (CREDA, Univ. Paris 3 – Sorbonne Nouvelle), Mina Kleiche-Dray (IRD, Ceped & IFRIS), Mathieu Quet (IRD, Ceped & IFRIS)

Appel à communication : « Les circulations à contre-courant »

CODOFE 2014
1ère édition du Colloque des doctorants de la Fédération Suds

Paris 11 et 12 décembre 2014

La Fédération Sciences Sociales Suds (F3S) rassemble quatre laboratoires pluridisciplinaires consacrés à l’étude des problématiques propres aux pays du Sud : le CEPED, le CESSMA, le CREDA et l’URMIS. Créée dans le cadre du PRES Sorbonne Paris Cité, cette fédération a pour but de valoriser des recherches qui alimentent la réflexion autour des processus contemporains liés à la mondialisation, à partir de nouveaux paradigmes d’analyse dont les « Suds » sont porteurs. Dans cette perspective, la Fédération 3S propose pour sa première édition du colloque des doctorants, deux journées d’étude dédiées à la thématique des circulations.

Dans le domaine des sciences sociales, de nouveaux outils méthodologiques interrogent les divers aspects de ces processus de circulation à l’aune de multiples échelles d’analyse ; par ailleurs, de nouvelles perspectives permettent de décentrer le regard porté sur ces phénomènes. Ce colloque vise donc à réinterroger les circulations en déconstruisant les dichotomies habituelles (Nord-Sud, centre-périphérie, pays développés/sous-développés) pour donner à voir une nouvelle carte de la mondialisation. Pour éclairer ces différentes interrogations, trois axes d’analyse sont retenus :

Axe 1 : Les mobilités et circulations de personnes
Le XXIème siècle est témoin de nouvelles formes de circulations de personnes qui ont engendré une multipolarisation des flux. Les parcours migratoires changent, de nouvelles classes migrantes se forment, certaines se décomposent, se recomposent. Au-delà de la réflexion sur la nature des flux migratoires contemporains, quels en sont les enjeux, les stratégies et les modalités de circulations ? Quelles sont les constructions sociales de ces mobilités ? Et comment ces dernières se déploient-elles dans l’espace et dans le temps ? Comment faire état de la multiplicité des enjeux économiques, politiques, sociaux, démographiques, linguistiques, culturels qui entourent les mobilités et circulations ? En outre, quel sens donner aux concepts de diaspora, de mobilité et de migration dans l’analyse des phénomènes de circulations ? Dans quelle mesure les concepts de transnationalisme et de citoyenneté transnationale peuvent-ils rendre compte des dynamiques migratoires actuelles ? Comment se forment, se composent et fonctionnent les groupes ou collectifs migrants ? Peut-on à leur propos parler de « classe migrante » ?

Axe 2 : Les circulations de pratiques et objets culturels
Les cultures populaires autant qu’institutionnelles se sont toujours nourries des circulations des acteurs, des pratiques et des objets pour se réinventer. La mondialisation, que l’on cherche à définir, implique-t-elle pour autant une normalisation des codes ? Quelles en sont les références valorisées, les horizons privilégiés et comment changent-ils ? Révélatrices de rapports de forces, ces interrogations entrainent également une réflexion sur la construction de l’altérité, des identifications sociales et des stratégies d’appartenance quelle que soit l’échelle dans laquelle elles s’inscrivent, locale, régionale, nationale, internationale. Comment étudier l’intense circulation des pratiques culturelles et dans le même temps, la circulation des catégorisations sociales ? Par ailleurs, l’articulation entre le global et le local n’amène-t-elle pas à considérer une forme de mondialisation sédentaire ? Comment comprendre, alors, la dualité (s’il y a bien dualité) entre multipolarité, diversité des conditions et conséquences des circulations d’une part et d’autre part les revendications sociales, politiques, économiques qui puisent légitimité dans les sources identitaires ?

Axe 3 : Les circulations de savoirs
Les circulations de savoirs revêtent différentes formes : elles sont véhiculées par les individus, dans le cadre de coopérations intergouvernementales et interinstitutionnelles, et également par le biais de nouveaux vecteurs tels que les outils numériques. Quels sont les modes de diffusion et d’échange des différentes formes de savoirs scientifiques, notamment en matière de politiques publiques ? Comment les savoir-faire locaux, tels que les pratiques de santé, sont-ils véhiculés à l’échelle internationale, voire mondiale ? Par ailleurs, si la mondialisation est revue à travers le prisme de la circulation des savoirs, il convient d’analyser l’influence de la circulation des personnes, des modes de vie et des systèmes de gestion sociale dans les sociétés destinataires. Comment les savoirs véhiculés d’un lieu à un autre transforment-ils les espaces d’installation ? Au regard de la déportation des systèmes d’administration depuis le 19ème siècle des Etats dominants vers les Etats colonisés, comment appréhender les pratiques institutionnelles des États du sud ? Comment, au travers des pratiques et politiques urbaines au Sud, mais aussi des échanges scientifiques internationaux, la mondialisation peut-elle être redéfinie ?

Journée d’études : « Sciences sociales d’ici et mondes d’ailleurs : quels mots, quels découpages, quelles transformations ? »

« Sciences sociales d’ici et mondes d’ailleurs : quels mots, quels découpages, quelles transformations ? »

Mercredi 4 juin 2014
Lieu : INALCO, Amphi 7
65, rue des Grands Moulins 75013 Paris

La Fédération Suds se donne comme objectif de réunir au sein d’USPC l’ensemble des unités de recherche de sciences sociales directement impliquées dans ce qu’il est convenu d’appeler les Suds. Elle prend acte de l’existence d’un potentiel commun de chercheurs, d’enseignants-chercheurs et de doctorants à USPC à l’échelle internationale. La Fédération Suds affirme la vocation de l’USPC à jouer un rôle central dans le dialogue sur ces zones géographiques en encourageant la mutualisation des expériences et des moyens.
Cette journée sera la première expression scientifique d’une dynamique institutionnelle qui a commencé il y a déjà deux années. Elle permettra aux membres des quatre unités concernées (CEPED, CESSMA, CREDA, URMIS) de se connaître et d’initier une réflexion commune sur ce qui les rassemble.

Programme de la journée
9h15 – 9h30 : Accueil, Café
9h30 – 9h45 : Présentation du déroulement de la journée par les organisateurs
9h45 – 10h45 : « Autoportrait des quatre unités »

Les directeurs des quatre unités présenteront leur laboratoire : Etienne Gérard (UMR 196 CEPED), Gilles Guiheux (UMR 245 CESSMA), Mahamet Timera (UMR 105 URMIS), Sébastien Velut (UMR 7227 CREDA). Une brève discussion suivra chaque intervention.
10h45 – 12h45 : « Regards institutionnels croisés »

Les interventions de cette deuxième partie aborderont les découpages des sciences sociales à partir des ancrages institutionnels : quels rapports les institutions françaises de promotion de la recherche ont-elles avec les aires culturelles? Quels sont les outils institutionnels pour les recherches aux Suds (l’ANR, la bibliothèque BULAC…) ? Quelle sera la place des recherches en sciences sociales aux Suds au sein d’USPC? Quels sont les rapports entre les découpages « aires culturelles » et « Suds »? Quelle est l’évolution et les futurs pour les sciences sociales au Suds? Cinq invités prendront successivement la parole pour une quinzaine de minutes suivies d’un temps de questions/débat. Ces invités seront les suivants (dans l’ordre alphabétique) : Jean Copans (professeur émérite des universités), Manuelle Franck (présidente de l’INALCO), Jean-Yves Mérindol (président de l’USPC), Eric Meyer (professeur émérite des universités), Jean-Claude Rabier (professeur émérite des universités et conseiller scientifique à l’ANR).

12h45 – 14h30 : DEJEUNER (buffet à l’INALCO)
14h30 – 17h45 : « Expériences et pratiques des sciences sociales aux Suds »

Une heure sera accordée à trois binômes intervenant sur des problématiques différentes* :
– 14h30 – 15h30 : premier binôme : « Coopération, partenariat, collaboration »
– 15h30 – 16h30 : deuxième binôme : « Construction et usages des catégories »
– 16h30 – 16h45 : pause café
– 16h45 – 17h45 : troisième binôme : « Mobilité professionnelle : terrains et institutions »
17h45 – 18h30 : Conclusion de la journée

Deux intervenants feront une synthèse des réflexions menées pendant la journée : Laurent Faret et Françoise Lestage.

Sciences sociales et Suds

Ce carnet est un espace de diffusion et d’échange de la Fédération Sciences et Sociales et Suds (F3S). La F3S est une structure universitaire et de recherche qui réunit quatre UMR de sciences sociales directement impliquées dans ce qu’il est convenu d’appeler les Suds, au sein de Sorbonne Paris Cité (SPC). Ces quatre UMR sont:

  • le CEPED Centre Population et Développement (UMR 196 – Université Paris Descartes, IRD)
  • le CESSMA Centre d’Études en Sciences Sociales sur les Mondes Africains, Américains et Asiatiques (UMR 245 Université Paris Diderot, IRD, INALCO)
  • le CREDA Centre de Recherche et de Documentation des Amériques (UMR 7227 – Université Paris 3, CNRS)
  • l’URMIS Unité de Recherche Migrations et Société (UMR 205 – Université Paris Diderot, Université de Nice, IRD, CNRS).

La Fédération F3S prend acte et vise à valoriser à l’échelle nationale et internationale l’existence au sein de Sorbonne Paris Cité d’un potentiel commun de chercheurs, d’enseignants-chercheurs et de doctorants spécialisés sur les problématiques scientifiques concernant les pays dits émergents et en développement et leur insertion dans les processus de mondialisation. La F3S met en avant les thèmes de recherche développés dans les UMR: urbanisation et développement; histoire du développement; démographie, santé et développement; savoirs, sciences et développement; migrations et relations interethniques; intégrations régionales et mondialisations…