DES TERRAINS INTERDITS ?

 « Sécurité », accès au terrain et pratiques de recherche

La fédération F3S, à travers le CESSMA et l’URMIS, organise le 11 septembre 2017 une journée de réflexion autour de la « sécurité » et de « l’accès au terrain» dans les pratiques de recherche en sciences sociales.

PROGRAMME

Les pratiques de la recherche scientifique ne peuvent faire l’économie aujourd’hui d’une démarche réflexive sur la construction du savoir et les conditions dans lesquelles celui-ci est élaboré. Dans les sciences sociales, l’accès au terrain est sans doute la condition sine qua non d’une production historicisée et située de connaissances au plus près des transformations sociales. Un ensemble de restrictions affecte aujourd’hui, de façon sans doute inédite, de façon lointaine ou plus proche, la possibilité de mener librement un travail de recherche fondé sur une approche empirique des objets.

La réflexion à la base de cette journée d’études s’appuie sur un double constat. Le premier est fondé sur les changements observés dans certains terrains de recherche, le second sur la prise en charge institutionnelle de ces configurations évolutives.

Ainsi, dans des contextes très divers (de l’Europe aux Amériques et à l’Afrique), les formes de violence semblent se multiplier, violences qui peuvent relever non seulement de groupes aux contours et aux objectifs difficilement lisibles, mais aussi de l’Etat lui-même. Le clientélisme, les faits de corruption contribuent à un affaiblissement des institutions, conduisant au fait que celles-ci ne jouent plus leur rôle de protection et de régulation des conflits, que ce soit envers les populations avec lesquelles nous travaillons, ou envers les chercheurs. Tout autant qu’à une croissance de la violence, nous sommes face à une complexification des formes de cette violence et des répercussions qu’elles peuvent avoir sur les pratiques de recherche : choix des objets de recherche, accès aux lieux et aux populations, méthodologie mise en œuvre, restriction à des données de seconde main…

Un second constat est que les institutions dont dépendent les chercheurs mettent en avant le principe de précaution tout en le conjuguant à des intérêts géostratégiques et diplomatiques. Pour reprendre les termes usités par le ministère des affaires étrangères français, les « zones rouges et oranges » se multiplient, impliquant des restrictions au travail et à la circulation des chercheurs. Toutefois, au-delà de la définition de ces zones, les conditions pour y accéder ne sont pas uniformes en fonction des régions du monde et selon l’interprétation qu’en font les institutions de recherche. Chacun alors réagit en fonction de ses connaissances des situations et de ce qu’il estime pouvoir faire : quand certains font le choix de se déclarer « en vacances » pour mener leurs travaux, d’autres changent de terrain et s’orientent vers des zones plus « vertes » et d’autres encore n’envisagent leurs recherches qu’à court terme, suspendus à l’incertitude du couperet institutionnel.

Nous souhaitons au travers de cette journée engager une réflexion sur la base d’un partage d’expériences autour de quatre axes de questionnement :

– en quoi les différents constats énoncés précédemment participent-ils d’une évolution de nos objets de recherche ? Par exemple, la possibilité ou non de se rendre dans tel ou tel lieu, de rencontrer tel ou tel interlocuteur peut amener à des réorientations dans le choix de nos thématiques de réflexion. Les critères d’accessibilité entrent-ils en jeu dans le choix des objets ?

– en quoi ces différents contextes jouent-ils sur les choix méthodologiques ? Par exemple, l’impossibilité de séjourner durablement dans un même lieu peut-il conduire à une adaptation des outils de la recherche, et partant à faire une « recherche différente » ? Ces situations peuvent-elles aussi pousser à faire preuve d’innovation méthodologique ?

– quelles conséquences durables peut avoir ce nouveau scénario de recherche sur les relations/collaborations que les chercheurs ont construit avec des collaborateurs sur place (collègues, étudiants, enquêteurs, traducteurs…) ? Le travail des chercheurs ne peut-il pas aussi conduire à une prise de risques pour ceux-ci ? Comment se transforme l’investissement dans des contextes où l’analyse dépend d’un long processus de familiarisation ?

– dans quelle mesure le processus de construction de la connaissance est-il influencé par ces différents choix ? Assiste-t- on à un déficit de connaissances sur les processus en cours dans ces régions ? Qu’en est-il de la possibilité pour des étudiants et jeunes chercheurs d’investir ces terrains et quels sont les enjeux de responsabilité que cela implique ?

Plus largement, l’objectif de cette journée d’étude est d’interroger les usages politiques, institutionnels mais aussi scientifiques qui sont faits des termes de « sécurité » (ou « insécurité »), « danger », « menace »…, pour d’une part justifier des interdictions d’accès à des terrains de recherche et d’autre part désigner des espaces où l’opportunité, la possibilité d’une pratique de recherche est sans cesse remise en cause. Comment ces usages, qui peuvent se décliner du Nord au Sud, transforment-ils aujourd’hui les façons de faire et de penser la recherche en sciences sociales ?

Organisation et contacts :

Florence Boyer URMIS : florence.boyer@ird.fr

Laurent Faret CESSMA : faret@univ-paris- diderot.fr