Programme Journée d’Études « Des terrains interdits? »

« Sécurité », accès au terrain et pratiques de recherche

Journée d’Études F3S, 11 septembre 2017, organisée par CESSMA et URMIS

Salle M19 – Univ. Paris-Diderot – Bât. Olympe de Gouges – Accès libre

Les pratiques de la recherche scientifique ne peuvent faire l’économie d’une démarche réflexive sur la construction du savoir et les conditions dans lesquelles celui-ci est élaboré. En sciences sociales, l’accès au terrain est la condition sine qua non d’une production historicisée et située de connaissances au plus près des transformations sociales. Un ensemble de restrictions affecte aujourd’hui, de façon inédite, la possibilité de mener librement un travail de recherche fondé sur une approche empirique des objets.

Sur la base d’un partage d’expériences, cette journée vise à engager une réflexion sur les conséquences de ces restrictions et limitations (définies par les institutions ou des intérêts géostratégiques) autant dans le choix des objets que dans la production des connaissances.

9h30 :

  • Mot d’accueil F3S
  • Présentation de la journée d’études. Florence Boyer et Laurent Faret

10h00 : Perdre le Nord… du Mali sans couper les liens avec les gens qui y vivent. Retour sur cinq années de violences et de terrains interdits. Charles Grémont (IRD, LPED)

10h30 : Terrains mexicains en contexte de violences : migrants centraméricains dans l’espace métropolitain. Laurent Faret (Univ. Paris-Diderot, CESSMA)

11h45 : Réseaux et acteurs de la drogue à Marseille et au-delà : approche en terrain sensible. Claire Duport (Transverscité, Université Aix-Marseille)

12h15 : Un urbaniste français au Rwanda : pratique d’experts et travail de recherche sous surveillance. Benjamin Michelon (Groupe Huit)

14h30 : Affection orange. Pratique de terrain, objets sensibles en Haïti. Jhon Picard Byron (Faculté d’Ethnologie, Univ. d’État d’Haïti) & Maud Laëthier (IRD, URMIS)

15h00 : Se positionner sur un terrain délicat: le rôle du chercheur auprès des mineurs migrants non accompagnés. Daniel Senovilla (CNRS, Migrinter)

16h-17h30 Table ronde finale : animée par Florence Boyer (IRD, URMIS)

  • Véronique Dupont (directrice-adjointe CESSMA)
  • Représentant de l’IRD
  • Pierre Boilley, GIS Afrique (sous réserve)
  • Marc-Antoine Pérouse de Montclos (CEPED, IRD)

Organisation et contact : F. Boyer florence.boyer@ird.fr et L. Faret faret@univ-paris-diderot.fr

 

La crise brésilienne au prisme de l’urbain

Une conférence de João Sette Whitaker Ferreira mardi 2 mai 2017.

João Sette Whitaker Ferreira est urbaniste et professeur à l’Université de São Paulo. Auteur internationalement reconnu de  nombreux travaux sur les inégalités dans le monde des villes brésiliennes, il a également été Secrétaire municipal du Logement à la mairie de São Paulo pendant le mandat de Fernando Haddad (Parti des Travailleurs). Il a été professeur invité à l’IHEAL pendant l’année 2011-2012

Informations pratiques

Mardi 2 mai
18h-20h
amphithéâtre de l’IHEAL (1e étage)
28 rue Saint-Guillaume, 75007 Paris

http://www.iheal.univ-paris3.fr/fr/agenda/la-crise-br%C3%A9silienne-au-prisme-de-lurbain

 

Journée d’études CEPED – Mardi 28 novembre 2017

Les observatoires en sciences sociales

Un abus de langage ?

Journée d’études

Mardi 28 novembre 2017

CEPED (Centre Population Développement)

UMR 196 . Paris Descartes-IRD

45 rue des Saints-pères. 75006 Paris

Matin 9-12h : Migrations et sécurité : observer sans surveiller ?

Nelly Robin (IRD, Migrinter) : »Observatoire des migrations en Afrique de l’Ouest

Marc Antoine Pérouse de Montclos : « Mesurer le risque, suivre les tendance de la violence mortifère : le projet NigeriaWatch (2006-2017) » : http://nigeriawatch.org/

Discutant : Maria Gabrielsen (spécialiste des conflits armés en Afrique au PRIO, Oslo)

Continuer la lecture de Journée d’études CEPED – Mardi 28 novembre 2017

Colloque international : « Droit à la ville au Sud, expériences citadines et rationalités de gouvernement »

Université Paris Diderot, CESSMA, 15-16-17 novembre 2017

La notion de droit à la ville a récemment été remobilisée dans les sphères académiques et militantes en se chargeant de multiples sens (Kuymulu 2013). Les travaux en études urbaines qui la convoquent se sont multipliés depuis les années 2000. Ce regain d’intérêt s’est d’abord manifesté dans les travaux d’auteurs anglophones radicaux du Nord qui ont proposé de reprendre les théories d’Henri Lefebvre (Lefebvre 1968) pour théoriser un programme de résistance contre les transformations socio-économiques et politiques néolibérales (Purcell 2002; Harvey 2003; Mitchell 2003 ; Brenner, Marcuse, et Mayer 2009). Parallèlement, dans une perspective plus réformiste, des processus d’institutionnalisation et de codification de droits se sont enclenchés, s’appuyant explicitement sur cette notion mais lui donnant un tout autre sens. Le droit à la ville est alors saisi sous un prisme règlementaire et légal, technique et appliqué afin de promouvoir des agendas de droits sociaux pluriels et mesurables, dans une perspective « droits de l’Homme de seconde génération». Certains travaux soulignent dès lors le risque d’affadissement de la portée critique et politique de cette notion (Belda-Miquel, Peris Blanes, et Frediani 2016; Purcell 2013; Mayer 2009)

Continuer la lecture de Colloque international : « Droit à la ville au Sud, expériences citadines et rationalités de gouvernement »

DES TERRAINS INTERDITS ?

 « Sécurité », accès au terrain et pratiques de recherche

La fédération F3S, à travers le CESSMA et l’URMIS, organise le 11 septembre 2017 une journée de réflexion autour de la « sécurité » et de « l’accès au terrain» dans les pratiques de recherche en sciences sociales.

PROGRAMME

Les pratiques de la recherche scientifique ne peuvent faire l’économie aujourd’hui d’une démarche réflexive sur la construction du savoir et les conditions dans lesquelles celui-ci est élaboré. Dans les sciences sociales, l’accès au terrain est sans doute la condition sine qua non d’une production historicisée et située de connaissances au plus près des transformations sociales. Un ensemble de restrictions affecte aujourd’hui, de façon sans doute inédite, de façon lointaine ou plus proche, la possibilité de mener librement un travail de recherche fondé sur une approche empirique des objets.

La réflexion à la base de cette journée d’études s’appuie sur un double constat. Le premier est fondé sur les changements observés dans certains terrains de recherche, le second sur la prise en charge institutionnelle de ces configurations évolutives.

Continuer la lecture de DES TERRAINS INTERDITS ?

Conférence sur le dialogue entre savoirs des peuples indigènes et la « science occidentale » le 9 juin 2017

El diálogo de saberes entre pueblos indígenas y  la “ciencia occidental”

Conférence en espagnol de Maya Lorena Pérez Ruiz (INAH, México)
Discutant: David Dumoulin Kervran (IHEAL-CREDA, Université Sorbonne Nouvelle)
Un évènnement conjoint CREDA-MESO
Vendredi 9 juin , 9h30-11h30,
Lieu: IHEAL 28 rue Saint Guillaume, 75007 Paris

Hasta hoy las relaciones entre las disciplinas llamadas científicas y los conocimientos indígenas han sido conflictivas, y se han caracterizado por desarrollarse bajo relaciones de dominación de las primeras sobre las segundas. En esa interacción desigual, entre actores con posiciones sociales distintas,  se han puesto en marcha varios procesos, entre los que sobresalen: la destrucción de los saberes indígenas, la  apropiación selectiva de éstos  para el enriquecimiento de la (s) ciencia (s), así como la conservación de algunos de los conocimientos indígenas,  tanto para responder  a las demandas  sociales de hacer de México una sociedad  plural, como para el uso  y manejo comercial  de la diferencia cultural.  En esta ponencia se analizan tales procesos de interacción conflictiva, se reflexiona sobre ciertos elementos problemáticos, como el de la traducción y la hibridación,  que reproducen y ocultan las relaciones de subordinación y dominación en la interculturalidad y el diálogo de saberes; y se propone explorar caminos alternativos, como  el diálogo intercultural y colaborativo, entre actores con sistemas de conocimiento distintos.

Maya Lorena Pérez Ruiz est mexicaine, enseignante et chercheure à la Direction d’Ethnologie et Anthropologie Sociale de l’Institut National d’Anthropologie et Histoire, INAH, à Mexico.  Continuer la lecture de Conférence sur le dialogue entre savoirs des peuples indigènes et la « science occidentale » le 9 juin 2017

Journée d’études : Les observatoires en sciences sociales : Un abus de langage ? Mardi 28 novembre 2017

Journée organisée par les laboratoires CEPED et URMIS

Certains moquent parfois la prolifération d’observatoires scientifiques. Il y en aurait désormais autant que de chercheurs. Etymologiquement et historiquement, un observatoire est un établissement scientifique destiné aux observations astronomiques et météorologiques. Mais l’usage du terme s’est répandu et banalisé dans les sciences sociales et humaines. Il est aujourd’hui devenu polysémique, désignant un poste d’observation aussi bien qu’un indicateur sentinelle, un instrument de mesure, une base de données, un recueil d’études, un inventaire d’archives, une prosopographie de notices biographiques, un simple site Internet ou une vaste entreprise de compilation encyclopédique. La question se pose donc de savoir à quoi servent les observatoires et de s’interroger sur les types de données qu’ils produisent et les usages que l’on peut en faire.

Si l’on veut bien admettre que les observatoires n’ont pas qu’une fonction d’archivage ou de valorisation mais aussi de mesure, alors force est de reconnaître que leur prolifération exprime à sa façon la volonté de quantifier le monde, voire d’assigner au savoir une finalité prescriptive et normative en vue de standardiser et mieux comparer les phénomènes sociaux à l’ère de la globalisation. Continuer la lecture de Journée d’études : Les observatoires en sciences sociales : Un abus de langage ? Mardi 28 novembre 2017

Le Ceped page à page, Mardi 21 mars

Displaying Affiche Page a Page-17-03-21_Web.png

 

Le Centre Population & Développement (Ceped) et la bibliothèque SHS Descartes CNRS ont le plaisir de vous inviter à la présentation de l’ouvrage de Doris Bonnet (IRD) et Véronique Duchesne (Paris Descartes-Ceped) intitulé « Procréation médicale et mondialisation. Expériences africaines ».

Le mardi 21 Mars  2017 à 18h.
La présentation sera suivie d’un débat avec Béatrice Bertho, socio-anthropologue à la Haute Ecole de Travail Social et de la Santé de Lausanne.

Entrée libre, sans inscription.

Résumé :
Introduites en Afrique subsaharienne à partir des années 1980-1990, les technologies de la reproduction sont encore largement méconnues. Leur émergence est intervenue dans un contexte sanitaire où l’offre de soins en santé de la reproduction est largement insuffisante. De nombreux couples deviennent stériles à la suite d’infections sexuellement transmissibles non traitées, ou pour les femmes, en raison de difficiles conditions d’accouchement, ou d’avortements pratiqués hors d’un contrôle médical. Face à la stigmatisation sociale et aux pressions familiales Continuer la lecture de Le Ceped page à page, Mardi 21 mars

Evénements Ceped du mois de mars : « Le Ceped fait son cinéma »

Mardi 7 mars : Le Ceped fait son cinéma, 17h30 – 20h

Displaying noname

Film:  « Zana-bahoaka – le néo rebelle malagasy », un film de un film de Alban Biaussat et Michel Tabet, avec la collaboration scientifique de Mireille Razafindrakoto (IRD-DIAL), Francois Roubaud (IRD-DIAL) et Jean Michel Wachsberger (Université Lille 3-DIAL). La projection sera suivie d’une débat avec DIdier Galibert (LAM – Bordeaux)

« Zana-bahoaka – le néo rebelle malagasy » a été réalisé en 2015-2016 dans le cadre d’un projet d’étude sur les perceptions et attentes citoyennes concernant l’exercice du pouvoir à Madagascar.

Le Ceped a initié depuis 2013 un cycle de projections de films documentaires suivies de débats.

http://www.ceped.org/evenement/le-ceped-fait-son-cinema-1249

Lieu : Université Paris Descartes – salle des Conférences R229 (voir plan)

Adresse :
45 rue des Saints Pères
75006 Paris

Colloque CODOFE – Doctorant.e.s de la Fédération Sciences Sociales Suds. 17 et 18 novembre

L’objectif de ce colloque était d’interroger les usages et la production de catégories d’analyse par les jeunes chercheur.e.s en sciences sociales qui effectuent des enquêtes de terrain dans diverses régions du monde.

La notion de « Sud(s) » tout comme la notion d’ « aires culturelles » ont offert la possibilité d’un dialogue transdisciplinaire et ont accompagné le développement de nouvelles théories scientifiques. Ces notions ont aussi joué un rôle décisif dans l’organisation des institutions académiques et dans la mobilité des chercheur.e.s. Cependant, à l’instar de toute catégorisation, elles sont également le fruit de partis pris historiques et épistémologiques. Ainsi, bien que l’opposition des termes « Nord » et « Sud » renvoie à des points cardinaux physiquement neutres, ces derniers ont remplacé des dichotomies antérieures telles qu’Occident/Orient, Occident/Tiers-Monde, pays développés/envoie de développement, pays colonisateurs/colonisés et peuvent comporter un risque d’ethnocentrisme. Des interrogations similaires apparaissent dans le cas des études par « aires culturelles » (Asian studies, Latin American studies, etc). En effet, en établissant une stricte correspondance entre territoires et cultures, la notion « aire culturelle » tend à limiter l’analyse des circulations et des hybridations sociales dans un monde globalisé.

Un tel découpage du paysage de la recherche correspond-il encore à des réalités contemporaines sur nos terrains d’investigation ? Est-il pertinent alors qu’au sein d’un système académique mondialisé, nombre de jeunes chercheur.e.s issu.e.s de pays dits du « Sud » sont affilié.e.s à des laboratoires scientifiques nord-américains et européens (dont ceux de la F3S) ? Ces catégories d’analyse sont-elles opératoires alors que les chercheur.e.s étudient des phénomènes sociaux observés aussi bien au « Nord » qu’au « Sud », avec l’apparition de nouveaux concepts enrichissant de manière transversale les recherches en sciences sociales ? Par ailleurs, est-il possible de se départir des notions définissant des aires culturelles et géographiques pour étudier l’Homme dans sa globalité et sa pluralité ?

LES 17 ET 18 NOVEMBRE 2016 A PARIS

Continuer la lecture de Colloque CODOFE – Doctorant.e.s de la Fédération Sciences Sociales Suds. 17 et 18 novembre

Journée d’étude : « La question des échelles en SHS à l’épreuve de l’interdisciplinarité »

12 juin 2015
Amphithéâtre Emile Durkheim – Sorbonne

(Galerie CL. Bernard, escalier I au 1er étage, 1 rue Victor Cousin Sorbonne Paris 5ème)

Journée d’étude de l’axe « Ressources, populations, inégalités » du CEPED
Organisateurs : Sébastien Boulay, Sylvie Fanchette et Laure Hadj
Partenaires : Université Paris Descartes, CEPED, Fédération « Sciences sociales au Sud »

Près de vingt ans après la publication de l’ouvrage collectif dirigé par Jacques Revel, Jeux d’échelles (1996), qui proposait une discussion entre historiens et anthropologues sur l’approche micro-analytique de l’histoire (Levi 1989), la question des échelles dans les sciences humaines et sociales se pose avec d’autant plus d’acuité que la globalisation semble avoir pris une visibilité inédite, au travers du développement fulgurant des NTIC notamment, renouvelant les questions d’articulation entre le niveau « micro » et le niveau « macro » (Paris 2013). Par ailleurs, le décloisonnement de nos disciplines scientifiques n’a cessé d’enrichir nos approches des réalités sociales.
Si certaines disciplines comme la géographie (Verdier 2006), la géopolitique (Lacoste 2012) les sciences politiques (Faure & Muller 2005) ou encore la démographie (Golaz 2011) semblent assez avancées dans la réflexion sur la manipulation des échelles d’analyse, en tant que modalité de rationalisation des réalités sociales et politiques, d’autres comme l’anthropologie ou la sociologie, mais aussi l’histoire sociale, continuent largement de ne concevoir la légitimité de leurs interventions qu’à une certaine échelle, en l’occurrence celle du groupe social voire celle de l’individu « pluriel » (Lahire 1998, 2004).
Tandis qu’aujourd’hui, les démographes parviennent à produire des modèles analytiques multiniveaux (Courgeau 2004), allant de la population à l’individu, que les géographes manient habilement l’analyse multi-scalaire pour étudier un même phénomène, et en saisir les diverses facettes, les anthropologues en revanche peinent souvent à sortir de leur « terrain », considéré comme le seul niveau pertinent de recueil et de production de données ethnographiques. Changer d’échelle d’analyse c’est à la fois adopter une autre optique sur un même objet, et donc se procurer des possibilités de produire d’autres versions d’une même réalité (Revel 1996), mais c’est aussi reconsidérer son approche méthodologique, avec le risque de perdre en fiabilité et en rigueur scientifique, et donc en légitimité.
L’interdisciplinarité a très vite été présentée comme une solution aux difficultés des chercheurs à s’extraire du niveau d’observation où ils se sentaient le plus efficaces et légitimes, les niveaux de lecture des uns étant naturellement présentés comme complémentaires des approches des autres. Mais aujourd’hui, est-il si évident de « travailler ensemble » (Chevandier 2014) en utilisant des données produites à différentes échelles (spatiales, sociales, temporelles), des corpus « quantitatifs » et « qualitatifs » très hétérogènes, des outils de représentation du monde de plus en plus performants et accessibles (imagerie satellitaire) ? Est-on d’accord sur les précautions à prendre pour passer d’une échelle à une autre (transcalarité et montée en généralité), quand par ailleurs la manipulation des échelles a toujours des ressorts et des implications politiques ? Comment comparer des données produites à différentes échelles, selon des techniques différentes ?
L’objectif de cette journée d’étude sera précisément de faire un bilan prospectif de ce dialogue interdisciplinaire sur la manipulation des échelles en SHS, question qui reste bien souvent reléguée à une dimension technique, alors qu’elle est sans doute l’une des plus fécondes pour sans cesse réinterroger collectivement les dynamiques des sociétés contemporaines. Les débats pourront, notamment mais pas exclusivement, s’articuler autour des axes de réflexion suivants :

1-Valeur des échelles en SHS et enjeux de l’interdisciplinarité
2-Politique des échelles et inégalités sociales
3-Echelles, réseaux, territoires

Contacts :
Sébastien Boulay : sebastien.boulay@parisdescartes.fr
Sylvie Fanchette : sylvie.fanchette@ird.fr
Laure Hadj : laure.hadj@ceped.org

Journée d’étude : « Les STS ont-elles un SUD ? »

« Les STS ont-elles un SUD ? ». Les apports des approches postcoloniales aux études sur la science.

7 avril 2015
Université Descartes Paris V, salle R 229, 45 rue des Saints-Pères, 75006 Paris

Cette journée est un point de rencontre pour tous les chercheurs travaillant dans le courant des “études sociales sur les sciences” tout en étant désireux de décentrer géographiquement des objets d’étude traditionnellement ancrés dans les pays les plus industrialisés. La proposition de travail collectif est de clarifier dans quelle mesure les critiques culturelles les plus frontales des grands récits de la globalisation ou de la modernité, rassemblées ici sous le label “approches postcoloniales”, pourraient enrichir les recherches menées sur les sciences et les technologies dans des aires géographiques multiples et en particulier dans les pays du Sud.
Les objectifs de cette journée sont donc 1) de faire un état des lieux des études sociales sur les sciences déployant des terrains de recherche au Sud 2) de constituer un réseau des chercheurs qui en sont porteurs 3) de mettre en relation deux domaines encore rarement confrontés (les études sociales
sur les sciences et les études postcoloniales), 4) dans la perspective délibérément théorique du colloque sur le thème « sciences et situation postcoloniale ».

Conception & coordination : David Dumoulin Kervran (CREDA, Univ. Paris 3 – Sorbonne Nouvelle), Mina Kleiche-Dray (IRD, Ceped & IFRIS), Mathieu Quet (IRD, Ceped & IFRIS)

Appel à communication : « Les circulations à contre-courant »

CODOFE 2014
1ère édition du Colloque des doctorants de la Fédération Suds

Paris 11 et 12 décembre 2014

La Fédération Sciences Sociales Suds (F3S) rassemble quatre laboratoires pluridisciplinaires consacrés à l’étude des problématiques propres aux pays du Sud : le CEPED, le CESSMA, le CREDA et l’URMIS. Créée dans le cadre du PRES Sorbonne Paris Cité, cette fédération a pour but de valoriser des recherches qui alimentent la réflexion autour des processus contemporains liés à la mondialisation, à partir de nouveaux paradigmes d’analyse dont les « Suds » sont porteurs. Dans cette perspective, la Fédération 3S propose pour sa première édition du colloque des doctorants, deux journées d’étude dédiées à la thématique des circulations.

Dans le domaine des sciences sociales, de nouveaux outils méthodologiques interrogent les divers aspects de ces processus de circulation à l’aune de multiples échelles d’analyse ; par ailleurs, de nouvelles perspectives permettent de décentrer le regard porté sur ces phénomènes. Ce colloque vise donc à réinterroger les circulations en déconstruisant les dichotomies habituelles (Nord-Sud, centre-périphérie, pays développés/sous-développés) pour donner à voir une nouvelle carte de la mondialisation. Pour éclairer ces différentes interrogations, trois axes d’analyse sont retenus :

Axe 1 : Les mobilités et circulations de personnes
Le XXIème siècle est témoin de nouvelles formes de circulations de personnes qui ont engendré une multipolarisation des flux. Les parcours migratoires changent, de nouvelles classes migrantes se forment, certaines se décomposent, se recomposent. Au-delà de la réflexion sur la nature des flux migratoires contemporains, quels en sont les enjeux, les stratégies et les modalités de circulations ? Quelles sont les constructions sociales de ces mobilités ? Et comment ces dernières se déploient-elles dans l’espace et dans le temps ? Comment faire état de la multiplicité des enjeux économiques, politiques, sociaux, démographiques, linguistiques, culturels qui entourent les mobilités et circulations ? En outre, quel sens donner aux concepts de diaspora, de mobilité et de migration dans l’analyse des phénomènes de circulations ? Dans quelle mesure les concepts de transnationalisme et de citoyenneté transnationale peuvent-ils rendre compte des dynamiques migratoires actuelles ? Comment se forment, se composent et fonctionnent les groupes ou collectifs migrants ? Peut-on à leur propos parler de « classe migrante » ?

Axe 2 : Les circulations de pratiques et objets culturels
Les cultures populaires autant qu’institutionnelles se sont toujours nourries des circulations des acteurs, des pratiques et des objets pour se réinventer. La mondialisation, que l’on cherche à définir, implique-t-elle pour autant une normalisation des codes ? Quelles en sont les références valorisées, les horizons privilégiés et comment changent-ils ? Révélatrices de rapports de forces, ces interrogations entrainent également une réflexion sur la construction de l’altérité, des identifications sociales et des stratégies d’appartenance quelle que soit l’échelle dans laquelle elles s’inscrivent, locale, régionale, nationale, internationale. Comment étudier l’intense circulation des pratiques culturelles et dans le même temps, la circulation des catégorisations sociales ? Par ailleurs, l’articulation entre le global et le local n’amène-t-elle pas à considérer une forme de mondialisation sédentaire ? Comment comprendre, alors, la dualité (s’il y a bien dualité) entre multipolarité, diversité des conditions et conséquences des circulations d’une part et d’autre part les revendications sociales, politiques, économiques qui puisent légitimité dans les sources identitaires ?

Axe 3 : Les circulations de savoirs
Les circulations de savoirs revêtent différentes formes : elles sont véhiculées par les individus, dans le cadre de coopérations intergouvernementales et interinstitutionnelles, et également par le biais de nouveaux vecteurs tels que les outils numériques. Quels sont les modes de diffusion et d’échange des différentes formes de savoirs scientifiques, notamment en matière de politiques publiques ? Comment les savoir-faire locaux, tels que les pratiques de santé, sont-ils véhiculés à l’échelle internationale, voire mondiale ? Par ailleurs, si la mondialisation est revue à travers le prisme de la circulation des savoirs, il convient d’analyser l’influence de la circulation des personnes, des modes de vie et des systèmes de gestion sociale dans les sociétés destinataires. Comment les savoirs véhiculés d’un lieu à un autre transforment-ils les espaces d’installation ? Au regard de la déportation des systèmes d’administration depuis le 19ème siècle des Etats dominants vers les Etats colonisés, comment appréhender les pratiques institutionnelles des États du sud ? Comment, au travers des pratiques et politiques urbaines au Sud, mais aussi des échanges scientifiques internationaux, la mondialisation peut-elle être redéfinie ?

Journée d’études : « Sciences sociales d’ici et mondes d’ailleurs : quels mots, quels découpages, quelles transformations ? »

« Sciences sociales d’ici et mondes d’ailleurs : quels mots, quels découpages, quelles transformations ? »

Mercredi 4 juin 2014
Lieu : INALCO, Amphi 7
65, rue des Grands Moulins 75013 Paris

La Fédération Suds se donne comme objectif de réunir au sein d’USPC l’ensemble des unités de recherche de sciences sociales directement impliquées dans ce qu’il est convenu d’appeler les Suds. Elle prend acte de l’existence d’un potentiel commun de chercheurs, d’enseignants-chercheurs et de doctorants à USPC à l’échelle internationale. La Fédération Suds affirme la vocation de l’USPC à jouer un rôle central dans le dialogue sur ces zones géographiques en encourageant la mutualisation des expériences et des moyens.
Cette journée sera la première expression scientifique d’une dynamique institutionnelle qui a commencé il y a déjà deux années. Elle permettra aux membres des quatre unités concernées (CEPED, CESSMA, CREDA, URMIS) de se connaître et d’initier une réflexion commune sur ce qui les rassemble.

Programme de la journée
9h15 – 9h30 : Accueil, Café
9h30 – 9h45 : Présentation du déroulement de la journée par les organisateurs
9h45 – 10h45 : « Autoportrait des quatre unités »

Les directeurs des quatre unités présenteront leur laboratoire : Etienne Gérard (UMR 196 CEPED), Gilles Guiheux (UMR 245 CESSMA), Mahamet Timera (UMR 105 URMIS), Sébastien Velut (UMR 7227 CREDA). Une brève discussion suivra chaque intervention.
10h45 – 12h45 : « Regards institutionnels croisés »

Les interventions de cette deuxième partie aborderont les découpages des sciences sociales à partir des ancrages institutionnels : quels rapports les institutions françaises de promotion de la recherche ont-elles avec les aires culturelles? Quels sont les outils institutionnels pour les recherches aux Suds (l’ANR, la bibliothèque BULAC…) ? Quelle sera la place des recherches en sciences sociales aux Suds au sein d’USPC? Quels sont les rapports entre les découpages « aires culturelles » et « Suds »? Quelle est l’évolution et les futurs pour les sciences sociales au Suds? Cinq invités prendront successivement la parole pour une quinzaine de minutes suivies d’un temps de questions/débat. Ces invités seront les suivants (dans l’ordre alphabétique) : Jean Copans (professeur émérite des universités), Manuelle Franck (présidente de l’INALCO), Jean-Yves Mérindol (président de l’USPC), Eric Meyer (professeur émérite des universités), Jean-Claude Rabier (professeur émérite des universités et conseiller scientifique à l’ANR).

12h45 – 14h30 : DEJEUNER (buffet à l’INALCO)
14h30 – 17h45 : « Expériences et pratiques des sciences sociales aux Suds »

Une heure sera accordée à trois binômes intervenant sur des problématiques différentes* :
– 14h30 – 15h30 : premier binôme : « Coopération, partenariat, collaboration »
– 15h30 – 16h30 : deuxième binôme : « Construction et usages des catégories »
– 16h30 – 16h45 : pause café
– 16h45 – 17h45 : troisième binôme : « Mobilité professionnelle : terrains et institutions »
17h45 – 18h30 : Conclusion de la journée

Deux intervenants feront une synthèse des réflexions menées pendant la journée : Laurent Faret et Françoise Lestage.

Recherches en sciences sociales sur les dynamiques des sociétés des Suds dans la mondialisation